Membres Ateliers Publications Films Expositions

:: Accueil

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Principales publications de l'Artmap

Emmanuel Grimaud, Sophie Houdart, Denis Vidal
Terrain n°46, Effets spéciaux et artifices (2006)
En réponse à une prise de conscience de plus en plus aiguë des limitations et des contraintes liées à l'acte même de voir, s'est développée depuis la fin du XVIIIe siècle, en Europe et aux USA, une véritable « course aux effets spéciaux ». Dans le domaine de la science comme dans celui du music-hall, toutes sortes d'artifices sont utilisés pour intensifier et parfois troubler l'ordre des représentations. De la fascination des physiciens pour les bulles de savon aux procédés mécaniques tentant d'objectiver la démarche humaine, des compositions savantes produites en architecture aux trucages du cinéma ou aux spectacles à sensation des théâtres populaires anglais ou de Phineas Barnum, les effets analysés dans ce numéro renvoient clairement à des pratiques de monstration et/ou de démonstration qui déployent des moments « spéciaux » de grande intensité technique ou de paroxysme qui visent à étonner le spectateur et à en troubler les sens.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Emmanuel Grimaud, Sophie Houdart
Résidents 2003-2007 (2008)
Depuis 2003, Paris a sa résidence d'artistes, Les Récollets, située dans le Xe arrondissement. Au cœur de Paris, cet ancien couvent reçoit près de quatre cents candidatures chaque année. Seuls une vingtaine d'artistes, de nationalités différentes et représentant de nombreuses disciplines comme les arts plastiques mais aussi les arts de la scène et la littérature, sont sélectionnés. Tous ont un même désir : venir à Paris et lier leur univers artistique à celui de la ville. Cet ouvrage présente les travaux de quarante-cinq de ces résidents. Leur parcours est mis en lumière par des entretiens réalisés avec chacun d'eux et des textes de Sophie Houdart et Emmanuel Grimaud : comment les artistes vivent-ils cette nouvelle étape, comment ce nouveau décor peut-il influer ou non sur leur travail… Coédité avec la Ville de Paris, Direction des Affaires Culturelles et la Fondation EDF.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Denis Vidal, Emmanuel Grimaud, Tomotaka Takahashi
Vers l'infini et au-delà (2007)
« Vers l'infini et au-delà ! » c'est d'abord une phrase remplie de promesses lancée à l'heure où ce début de XXIè siècle a vu se réaliser certaines des aspirations les plus originales. Un défi en somme, quand l'avènement des écritures scientifiques et des technologies contribuent à l'essor des robots et des automates et investissent notre quotidien. Personnages stylisés ou copies fidèles, ces compagnons d'une génération nouvelle deviennent en quelque sorte un double mécanisé de l'Homme. Les robots de Tomotaka Takahashi, directeur du laboratoire de recherches « Robo-Garage » à Kyoto, convoquent ainsi science et fiction autour de personnages à l'esthétique manga et animés d'une identité propre dans leur apparence mais aussi au fil de leur démarche, leur gestuelle ou encore leur attitude. Les automates dont Emmanuel Grimaud, anthropologue et chercheur au CNRS, poursuit l'étude, sont quant à eux des représentations robotisées de divinités hindoues. Investissant par la même la question du rituel, chaque personnage s'anime de mouvements lents, répétitifs et hypnotiques. Cette exposition entre art et sciences, mais également design et spiritualité, devient donc l'occasion d'appréhender la question du robot et de l'automate via un parcours d'objets, d'esquisses, de photographies et de vidéos. Textes : D. Vidal, E. Grimaud, T. Takahashi.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sophie Houdart
La cour des miracles, Ethnologie d'un laboratoire japonais (2008)
Milieu des années 1990. Des chercheurs japonais décrivent un gène de l'homosexualité chez la mouche drosophile. Une ethnologue est parmi eux, à assister à la mise en événement de cet objet singulier… Lieu de toutes les transformations, le laboratoire japonais met en jeu la grande opposition traditionnelle entre la nature et la culture. Comment peut-on être Japonais et scientifique ? Comment s'inscrire si véhémentement, au cours de l'histoire moderne, dans la spécificité, la localité, la revendication culturelle, et participer si manifestement au cours de la science, international par définition ? Comment appartenir à l'un et à l'autre mondes ? A la manière d'un roman policier, et sur la base d'une enquête détaillée, l'auteur livre ici les clefs pour comprendre ce qui est mis en oeuvre pour tenir cette délicate position dans un laboratoire japonais de génétique du comportement. Tout, des thèmes et objets de recherche aux méthodes expérimentales, des manières de faire groupe aux démonstrations publiques, semble confronter le diktat scientifique occidental à une alternative inédite, une autre façon de faire scientifique… Par le chas de l'aiguille que constitue l'étude d'un laboratoire et d'un seul, l'auteur parvient, dans ce récit superbement écrit et rythmé, à interroger l'Asie, l'Europe, leurs relations et la manière dont une science parvient à l'universalité.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Emmanuel Grimaud
Bollywood Film Studio ou comment les films se font à Bombay (2004)
Cette enquête ethnographique reconstitue de manière aussi minutieuse que vivante le processus de création des films populaires hindi dans les studios de cinéma de Bombay. Alors que  » Bollywood  » est généralement perçu comme une machine à générer des produits stéréotypés, Emmanuel Grimaud y voit un réservoir unique de savoir-faire en renouvellement permanent. Au jour le jour, de la mise au point du scénario jusqu'à la projection, le lecteur suit l'élaboration d'un film et observe au plus près les relations qui se nouent autour des différents éléments entrant dans la composition de l'image (acteurs, accessoires, costumes, décors, sons). Cette aventure collective et incertaine n'est pas réductible à une transposition linéaire et mécanique : on dit d'ailleurs souvent qu'un film indien populaire se fait  » sur le tas  » ou bien qu'il n'est  » pas fait mais toujours refait « . L'auteur s'interroge sur ce que recouvrent de telles expressions et montre comment, face à un public qui leur échappe, les producteurs se remettent en quête de la meilleure méthode de fabrication à chaque film, voire à chaque tournage. Aussi l'interrogation de départ  » comment un film se fait  » cache-t-elle en réalité toute une série de questions. Quelle forme prend à chaque étape le débat sur la méthode à suivre ? Comment s'effectue le passage du monde confiné de la story session à celui bouillonnant d'activité du plateau ? Comment les idées viennent-elles au scénariste, au chorégraphe ou au compositeur ? En quoi les studios de Bombay ont-ils généré leurs propres conventions en matière de mouvement, d'éclairage, de montage, de rapport entre la musique et l'image ? Enfin, comment saisir ce qui se joue entre l'écran et le spectateur ? Somme unique sur l'envers du décor d'une des industries du cinéma les plus prolifiques au monde, Bollywood Film Studio propose un regard anthropologique nouveau sur la pratique cinématographique en général, saisie dans ses différents moments, ses divers univers de relation.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Emmanuel Grimaud
Le sosie de Gandhi (2007)
Un jour, par hasard, dans un magasin de photocopies au bazar de Bhopal, l'anthropologue fait l'étrange rencontre de Ram Dayal Srivastava, sosie de Gandhi. « Ram Gandhi », comme on l'appelle, ne se contente pas de ressembler physiquement au Mahatma, il porte également ses attributs : lunettes rondes, tunique blanche et bâton de bambou. Plus encore, pour ceux qui le côtoient, il fait tout à la manière de Gandhi. Ce curieux personnage ne semble pourtant surprendre personne. Quel genre d'image est donc Ram Gandhi ? Emmanuel Grimaud décide de suivre et de filmer au quotidien ce mystère vivant. Ram Gandhi n'est pas un acteur, un banal look-alike, ou un imitateur. « Je ressemble à Gandhi mais je ne suis pas un faux », affirme-t-il. Pour beaucoup en Inde, sa ressemblance avec Gandhi ne peut être accidentelle mais doit être divine et révéler une grande proximité spirituelle. Elle apparaît en tout cas comme le fruit d'un long processus de maturation scandé par de grandes étapes, tels ce rêve qui à soixante ans lui annonce que Gandhi a besoin de lui, ou la rencontre avec un photographe qui le révèle à lui-même… Tour à tour Gandhi de cinéma, Gandhi de proximité, Gandhi de cérémonie pour la démocratie indienne, Ram Dayal Srivastava apparaît comme un personnage ambigu, tour à tour inspiré et facétieux, manipulé mais aussi manipulateur… Au terme de l'enquête, c'est également sur l'Inde que le lecteur aura beaucoup appris. (Catherine Halpern, Sciences Humaines)

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Emmanuel Grimaud
Dieux & robots : Les théâtres d'automates divins de Bombay (2008)
Les machinistes des théâtres de divinités de Bombay n'ignorent rien des effets spéciaux des studios de Bollywood, à la différence près qu'il s'agit ici de mettre en scène les dieux du panthéon hindou. Comment cette « robotisation » des dieux s'est-elle opérée ? Ces machines divines et ces mythologies machinées qui fascinent les spectateurs par leurs lents mouvements hypnotiques toujours recommencés, auraient-elles en retour des implications sur les croyances, la vie même des habitants de Bombay ? Des entrepreneurs, des commerçants, des gangsters et jusqu'aux partis politiques, « investissent », financent la création de ces théâtres d'automates où l'on aborde aussi l'actualité, du terrorisme aux catastrophes naturelles, en passant par la corruption et le ramassage des ordures. En suivant au jour le jour leur élaboration parfois chaotique, l'auteur montre comment, à l'échelle de la cité, la mécanisation des dieux cache une tentative frénétique, ambiguë mais pleine d'ingéniosité, pour faire autrement de la politique. Accompagné du film Cosmic City, réalisé par l'auteur.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Victor Stoichita
Fabricants d'émotion. Musique et malice dans un village tsigane de Roumanie (2008)
En Roumanie, les musiciens professionnels tsiganes animent divers événements publics : mariages, baptêmes, enterrements, soirées de restaurants, rassemblements politiques… Parmi les compétences requises, ils citent fréquemment la ruse, la malice ou encore la diplomatie. Certains adoptent une position plus tranchée, affirmant que la musique jouée n'acquiert de réelle qualité que par cette capacité d'insinuation et d'adaptation. Quel rapport peut-il y avoir entre la négociation, le marchandage, la politique villageoise quotidienne, et les affects variés que suscite la (bonne) musique ? Est-ce parce qu'ils sont professionnels que les musiciens portent ce regard sur leur activité, ou parce qu'étant Tsiganes, un stéréotype bien connu leur attribue, de toute façon, un talent inné pour la ruse et la débrouillardise ? Comment les notions classiques de structure, ornement, mélodie et variante s'accommodent-elles de cette pratique où musiciens et auditeurs placent, au centre de leurs préoccupations, l'efficacité émotionnelle ? Pour répondre à ces questions, l'auteur croise enquête ethnographique et analyse musicale, à partir d'un petit village tsigane – Zece Prajini – où les musiciens professionnels sont particulièrement actifs… et bavards. Le texte est prolongé par un corpus important de documents audiovisuels et de clés d'écoute interactives, présentés sur un dvd encarté.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Emmanuel Grimaud, Zaven Paré
Le jour où les robots mangeront des pommes. Conversations avec un geminoïd (2011)
En 2006, le roboticien japonais Hiroshi Ishiguro fit sensation avec l'un des robots les plus réalistes jamais conçus. Baptisé le Geminoïd car il était fait à l'image de son concepteur, ce robot devient en quelques années une star parmi les humanoïdes, attirant des chercheurs de tous horizons travaillant sur l'apparence humaine. Faut-il que les robots nous ressemblent? De quoi voulons-nous nous entourer? Que gagne-t- on à cultiver la confusion entre l'homme et la machine ou comment faire pour la dépasser? Autant de questions que nous pose de manière accrue cet essai écrit par un artiste et un anthropologue. Pour comprendre l'originalité du Geminoïd, il fallait l'inscrire dans un double héritage, celui des sciences mais aussi celui des arts. Les auteurs déploient ici un dispositif original, inspiré autant par l'enquête ethnographique que par le théâtre, multipliant expériences et conversations avec le Geminoïd, afin de dénouer les fils complexes qui le font exister. Le livre éclaire plus largement la manière dont nous pouvons nous attacher, quasiment malgré nous, à des créatures artificielles à apparence humaine. Débutant comme une tentative, banale dans un laboratoire de robotique, pour établir une communication avec un robot, l'expérience monte peu à peu en puissance. Le laboratoire devient un étrange théâtre qui finit par bousculer les certitudes des expérimentateurs eux-mêmes sur ce qu'être robot veut dire.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sophie Houdart, Chihiro Minato
Kuma Kengo, Essai de monographie décalée (2009)
Dans cet ouvrage, Sophie Houdart et Chihiro Minato proposent une approche inédite de l'architecte japonais Kuma kengo et de son architecture. Inédite, cette monographie l'est au moins en deux sens. D'abord en ce qu'elle est la première en langue française. Ensuite parce qu'y est fait l'hypothèse que s'il ne s'agit pas seulement d'une facilité de langage, si quelque chose est reconnaissable dans « l'architecture de Kuma », alors on doit pouvoir le voir à l'œuvre, dans l'agence, dans la routine. Y est fait également l'hypothèse que la matérialité promue par Kuma, dans sa philosophie de l'architecture, a quelque chose à voir avec la matérialité dans l'agence (le bois, le polystyrène, la peinture, la colle, le pixel) : autrement dit, que ce avec quoi l'architecte travaille effectivement a parti lié avec son architecture. Autrement dit encore, que l'architecture réalisée a à voir avec les supports de conception. L'un des enjeux de ce livre est donc de recomposition, en quelque sorte, et consiste, de manière originale, par le texte autant que par l'image, à répondre à la question suivante : comment ne pas perdre Kuma et la singularité de son architecture dans la masse des détails saisis quotidiennement ?

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Denis Vidal, Emmanuel Grimaud
Gradhiva n°15, Robots étrangement humains (2012)
Qu'est-ce qui est en jeu lorsqu'on donne à un robot une apparence humaine, puis lorsqu'on croise son regard ? Autour de cette question gravitent les différentes contributions à ce numéro de la revue Gradhiva. Développant une anthropologie comparée des créatures artificielles dans leur diversité (des automates de l'Inde ancienne aux dernières créations du marché des sex toys, en passant par les marionnettes japonaises), les auteurs du dossier envisagent ces moments d'interaction qui obligent l'homme, confronté à sa propre image, à instaurer une relation nouvelle à des objets qui lui ressemblent et qui peuvent autant susciter le malaise que l'empathie. Pour ce faire, ils s'attachent à libérer la robotique humanoïde des discours prophétiques qui l'accompagnent souvent pour mieux en saisir les enjeux contemporains, à l'aide notamment d'une ethnographie précise des pratiques de laboratoires. Dans la perspective interdisciplinaire qui est la sienne, Gradhiva apporte avec ce numéro une contribution inédite à l'étude des machines anthropomorphes. Coordination: D. Vidal, E. Grimaud.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sophie Houdart
L'universel à vue d'œil (2013)
Comment élabore-t-on, ici et là, quelque chose qui vaille pour le monde ? C'est la question qui guide l'auteur lorsqu'elle entreprend de suivre le montage d'une Exposition universelle (celle qui a lieu au Japon en 2005), et de comprendre les procédures qui permettent à une proposition, au départ se donnant à lire comme locale, d'être homologuée comme universelle. Quels sont les opérateurs universels ? Comment s'invente, se met en place, se présente, se négocie, un universel sur le temps court (une dizaine d'années) ? Avant son ouverture en mars 2005, l'Expo universelle est saisie comme un projet qui, tout en s'inscrivant dans la lignée d'autres événements constitutifs de l'histoire de la modernité japonaise, annonce une rupture – avec la modernité occidentale précisément. L'auteur narre ainsi une des vies intermédiaires qu'a connues l'Expo, à un moment où elle s'affichait comme une alternative à l'universalisme dominant. « Au-delà du développement – À la redécouverte de la sagesse de la nature » : telle que l'Expo était conçue, elle portait l'idée que le Japon est aujourd'hui en mesure de proposer au monde sa propre universalité, fondée sur ce que les Japonais revendiquent depuis longtemps comme leur étant spécifique à bien des égards : une relation harmonieuse à l'environnement naturel. La constitution de ce nouvel universel se lit ainsi dans la laborieuse maturation du projet, dans les heurts et les résistances qu'il rencontre, dans les efforts qu'en contrepoint déploie l'équipe des concepteurs d'alors pour les résorber.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Stéphane Rennesson
Les coulisses du Muay Thai, Anthropologie d'un art martial en Thaïlande (2012)
Construit à partir d'une enquête ethnographique de plus de deux ans, cet ouvrage rend compte de manière vivante des différentes étapes de la filière qui font de jeunes garçons du Nord-Est thaïlandais, pour la plupart fils de paysans et d'ouvriers, des boxeurs de muay thai accomplis. Ce véritable sport national n'est ni une catharsis des passions refoulées dans une société imprégnée par le bouddhisme theravada où l'on valorise le contrôle de soi et l'évitement des conflits, ni une pratique de combat efficace car hyper violente. Loin des clichés, Stéphane Rennesson préfère envisager le duel physique brutal organisé dans la boxe thaïlandaise comme une mise en jeu paroxystique des valeurs morales des individus permettant de jouer de l'aspect équivoque de la violence physique et des codes locaux d'interaction. La complexité des enjeux sociaux que le muay thai cristallise est rendue par la description méticuleuse de tout ce qui se joue autour des pugilistes, leurs parents, leurs entraîneurs ainsi que le monde des promoteurs, des juges arbitres, des parieurs, des journalistes e t des hommes politiques. La filière de la boxe se déploie alors selon deux fils directeurs. Le premier correspond à l'organisation d'un combat depuis l'entraînement jusqu'au ring en passant par les séances de comparaison, la préparation des compétitions et leur médiatisation. Le second satisfait à la progression d'un boxeur, depuis son initiation jusqu'à sa consécration dans les médias. En faisant du corps à corps la forme relationnelle de référence et autour de laquelle les autres se tissent, Les Coulisses du Muay thai propose une anthropologie des corps au pluriel et non au singulier : chaque boxeur ne vaut vraiment que dans la perspective future, présente et/ou passée de sa confrontation avec ses pairs sur le ring. Le lecteur se retrouve ainsi au plus près de l'action et accède directement à la façon si particulière dont la recherche et l'organisation de la confrontation entre deux individus produit dans la boxe thaïlandaise une science de l'interaction tout à fait remarquable.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Joffrey Becker
Humanoïdes, Expérimentations croisées entre arts et sciences (2015)
Cet ouvrage explore les expérimentations artistiques et scientifiques conduites autour des robots humanoïdes au début du XXIe siècle. Comment comprendre la robotique scientifique et les arts recourant à ses techniques au plus près de leurs modes de conception et de leurs usages et en s'éloignant des controverses et des discours inquiets qui annoncent le bouleversement des relations entre les humains et leurs technologies ? En suivant l'auteur au gré de son parcours parmi les robots et leurs constructeurs, le lecteur est amené à penser la façon dont sont constituées les représentations du corps mécanisé à la fois du point de vue technique mais aussi du point de vue de leur réception. Il est amené à considérer comment ces artefacts expérimentaux génèrent de nouvelles manières de penser l'humain en redéfinissant le cadre des relations entre les sciences, les techniques et la nature, et en déplaçant les frontières séparant les corps vivants de leurs imitations mécaniques.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sophie Houdart
Les incommensurables (2015)
Le Large Hadron Collider (LHC), ou grand collisionneur de hadrons, est l'accélérateur de particules le plus grand et le plus puissant du monde. Prenant la forme d'un anneau de 26,659 kilomètres de circonférence, lové 100 mètres sous terre et officiellement domicilié à Meyrin, à la frontière de la France et de la Suisse, il est constitué d'aimants supraconducteurs et de structures accélératrices qui augmentent l'énergie des particules qui y circulent. Chaque jour, à l'intérieur de l'accélérateur, deux faisceaux de particules qui circulent en sens contraire à des énergies très élevées avant de rentrer en collision l'un avec l'autre. Les particules, lancées à 99,9999991 % de la vitesse de la lumière, effectuent 11 245 fois le tour de l'accélérateur par seconde et entrent en collision quelque 600 millions de fois par seconde. Les Incommensurables est une minutieuse enquête de terrain sur cette « cathédrale » enfouie qui offre la possibilité de se connecter à l'immensité et aux mystères de l'univers, d'accéder à quelque chose qui dépasse largement l'humanité et qui, pourtant, la contient, expression moderne de la transcendance.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Emmanuel Grimaud, Thierry Dufrêne, Denis Vidal, Anne-Christine Taylor
Persona, Étrangement humain (2016)
Ce catalogue, qui accompagne une exposition qui se tiendra au musée du quai Branly du 26 janvier au 13 novembre 2016, s’intéresse aux mécanismes par lesquels un objet accède à un statut de “personne” et peut se transformer en être animé, alors qu’il n’est constitué que de matière inerte. Il s’agit de comprendre les caractéristiques formelles et les dispositifs situationnels dont jouent les cultures les plus diverses, y compris la nôtre, pour injecter de la “personne” dans des objets. Il présente des essais et des pièces de l’art occidental ou non occidental, d’art populaire ou d’art contemporain. Il confronte aussi le lecteur à des objets empruntés aux domaines des nouvelles technologies, au design et à la robotique.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Denis Vidal
Aux frontières de l'humain, Dieux, figures de cire, robots et autres artefacts (2016)
Distinguer clairement ce qui est humain de ce qui ne l’est pas a toujours été une préoccupation fondamentale dans toutes les sociétés. Le progrès de la biologie comme ceux de l’intelligence artificielle ou de la robotique confèrent chaque jour à cette préoccupation une nouvelle actualité. En rassemblant neuf enquêtes ethnographiques et historiques menées en Inde et en Europe sur les dieux, les robots, les figures de cire, les images sacrées, les momies de sirènes et la sculpture contemporaine, Denis Vidal propose un point de vue totalement inédit. Il montre comment les sociétés et les individus mettent depuis toujours une énergie et une ingéniosité peu commune non seulement pour définir et préserver la frontière entre humains et non humains, mais aussi pour en jouer et la transgresser de toutes les façons possibles et imaginables. Que résulte-t-il de cette volonté de brouillage, que ce soit dans le domaine religieux, politique, technologique, esthétique ou simplement ludique ? En bon explorateur, l’auteur identifie les implications, note les paradoxes et nous emmène dans une passionnante odyssée où tout commence par d’étonnantes histoires.



 
:: artmap ::